Devotion by design : Italian Altarpieces before 1500

Publié le par leschroniquesduneblonde

Franchement, j'aimais déjà bien les musées anglais. J'avais déjà succombé à leur pédagogie qui apprend énormement de choses. En tout cas, plus que dans les grands musées français. Mais là, la National Gallery avec son exposition 'Devotion by Design' , m'a vraiment impressionnée.

L'exposition est vraiment bien ficellée et on comprend bien où on veut en venir. La première salle, commence par apprendre le vocabulaire de l'architecture et des principes du christianisme ( bah ouais hein, on est pas dans un pays catholique en angleterre!). Ce qui est très bien pour moi, puisque du coup, j'apprends le vocabulaire anglais. Quand on a lu le petit paragraphe et scanné le plan de l'église avec le voc' anglais dans sa tête, on parcourt la salle 1, qui dispose en alternance un tableau flamand et un tableau italien qui ont tous en rapport l'architecture de dévotion où on nous montre la représentation du choeur, de l'autel etc. tout en reprennant dans les explications le vocabulaire lut avant.

Et qu'elle ne fut pas mon emotion de voir des tableaux chers à Mr Gil, comme celui-ci :

 

 

 the exhumation of saint hubert, weyden

                                                                  R. Weyden, the exhumation of St Hubert

 

On passe ensuite dans la salle numéro 2, qui nous présente deux polyptiques italiens,  l'un est un triptyque, l'autre est un polyptique avec  un panneau centrale rectangle appelé Pala. Cela nous montre l'évolution des polyptiques. Le truc génial dans cette salle, on peut faire le tour derrière les polyptiques et ainsi voir la structure de bois et l'assemblage de plaques de bois.

Un exemple ici : Altarpieces of John the Baptist   or Francesco Botticini, Gerolamo Altarpiece

 

 Ensuite, place au Business, avec quelques contrats et les tableaux s'apparentant à ces derniers. On comprend alors que l'artiste ne fait pas ce qu'il veut mais doit faire en fonction des volontés des acheteurs. 

l'exemple de Gozzoli est assez représentatif, il doit 'imité la manière de faire de Fra Angelico'. 

Les peintures montrent donc le 'reflet social design'.

N-0283-00-000020-pp_550.jpg

 Benozzo Gozzoli  (1420/2 - 1497) The Virgin and Child Enthroned among Angels and Saints

   

La salle, la plus réussite, était la suivante, musique de fond version église, les tableaux sans explication, ambiance tamiséE, et atmosphère de contemplations. Tout est fait pour rappeler les églises toscanes. On a alors sous les yeux différents formes et styles de tableaux, différentes époques également, ce qui suggèrent la véritable décoration des églises qui évoluait au fur et à mesure du temps et des styles.

 

On finit ensuite, par une salle sur la dislocation des altarpièces quand les institutions furent supprimées ou malmenées, puis la dernière salle nous questionne sur  ' a question of  dimension'

 

Vraiment une exposition bien ficellée, bien expliquée, et  qui a du sens. La prochaine à la National Gallery sera sur Leonard de Vinci. en espérant qu'elle soit aussi bien que celle-ci.

Publié dans Culture

Commenter cet article